Accueil    
Vendredi, le 18 novembre 2011
Cette image aurait pu être ma dernière.
Le rond-point Décarie est, de toute la Métropolitaine, mon endroit préféré; le dessous il va s'en dire. On y retrouve un mélange de désolation et de chaos unique. Un seul bloc de béton peut vous amener de l'extrême densité de circulation à une steppe en friche digne d'un décor sibérien en attente de l'hiver. L'entrée et sortie du boulevard Décarie divise l'espace en deux en un torrent incessant de véhicules et sert de frontière entre deux mondes. À l'ouest s'ancre le paysage industriel alors que vers l'est, c'est déjà le début de la cité. L'échangeur, et parce qu'on ne nomme pas ce type de lieu innocemment, est un passage, un lieu de transit avec son petit réseau pour autobus se faufilant par en dessous. Il y a bien parfois un automobiliste qui s'y aventure, soit perdu ou rusé, mais sinon, l'étroit ruban d'asphalte qui y zigzague demeure abandonné. Pour l'avoir emprunté pendant plusieurs mois en tant que passager de l'un de ces bus, le moins que l'on puisse dire est que les chauffeurs s'y font plaisir et y naviguent avec enthousiasme et empressement. Les passagers debout ont intérêt à bien s'agripper. C'est l'un de ces autobus menés avec fougue qui, n'eût été de mon excellente ouïe, m'aurait envoyé dans un autre monde, le moins pire étant sans doute l'hôpital. Heureusement, je n'ai eu qu'une petite frousse, réussissant à m'enlever du chemin. Évidemment, je n'avais pas d'affaire là, surtout dans une sortie de courbe cachée par un pilier de béton. L'heure de pointe approchait et les autobus se succédaient maintenant toutes les dix minutes, je me suis donc contenté de me déplacer hors des sentiers battus par la suite.
 


Commentaire (0)


PORTFOLIO   |   Kodachromes   |   Polaroids   |   Archives  |   Index
 

         |   À propos de Chacoura



Commentaires via courriel : lesage (arobas) chacoura (point) net

© Jacques Lesage. Tous Droits Réservés.