Accueil    
Mardi, le 8 mai 2012
Déjà 30 ans que Gilles Villeneuve s'est fait une clôture en Belgique. J'ai eu la chance de le voir de près à Trois-Rivières, surtout la fameuse année où il a fait la barbe à James Hunt. Ce dernier, encore trop impressionné pour être jaloux, le recommandera chaleureusement au petit monde de la F1. En fait, cette année-là (1976) j'ai côtoyé James Hunt d'encore plus près. À cette époque, la journée du vendredi était gratuite à Trois-Rivières et je m'étais installé juste derrière une jeune femme prenant les chronos dans les gradins, quand tout à coup James Hunt est venu s'assoir près d'elle pour jeter un coup d'oeil à la feuille des temps.
L'année suivante (1977), Gilles Villeneuve, en plus de sa saison en Formule Atlantique, dont il gagnera le championnat, de ses essais et quelques GP en F1 avec McLaren et finalement avec Ferrari, il fera aussi 3 courses en série Can-Am avec l'écurie Walter Wolf Racing, dont celle du Grand Prix de Trois-Rivières.
Je ne me souviens plus si j'avais un appareil photo avec moi lors de la rencontre avec James Hunt, probablement pas, et même en avoir eu un, j'aurais sans doute été trop timide pour seulement penser prendre une image. L'année suivante, j'avais bel et bien un appareil photo, car j'ai fait cette image de Gilles Villeneuve en plein dérapage en sortie de courbe au volant de la Wolf-Dallara WD1 à moteur Chevrolet, moteur qui rendra l'âme en course. On peut se rendre compte que les barrières de sécurité n'étaient que symboliques à l'époque, car aujourd'hui, même les photographes accrédités ne peuvent être aussi près de l'action. Je ne dirais pas que c'était le bon temps, mais c'était vraiment le bon temps, pour ceux qui y survivaient.
 





Commentaire (0)


PORTFOLIO   |   Kodachromes   |   Polaroids   |   Archives  |   Index
 

         |   À propos de Chacoura



Commentaires via courriel : lesage (arobas) chacoura (point) net

© Jacques Lesage. Tous Droits Réservés.