Accueil    
Lundi, le 15 mars 2010
Tout fonctionne par cycles en ce bas monde, il n'est donc pas étonnant de voir revenir, après l'hégémonie du numérique depuis quelques années, une pratique de la photographie plus brute et simple. Polaroid en est un bel exemple avec la popularité renouvelée de l'ancien système SX-70. Il y a même une compagnie quelque part qui devrait, si ce n'est déjà fait, reprendre la production de ce film (que j'ai beaucoup aimé et utilisé).
Je ne suis pas prêt pour retourner aux sources de l'argentiques, mais pour qui le serait, il y a des solutions économiques pour contourner la débauche de technologie qui nous envahit.
J'ai beaucoup photographié avec les appareils jetables, si populaire il y a 15, 20 ans, et qui n'était pas si jetable que ça. Comme vous pouvez le voir, j'ai encore le mien, avec lequel je faisais du N&B. J'ai eu une affection particulière pour le modèle dit «panoramique» qui, en fait, ne faisait que recadrer l'image à la prise de vue avec cette petite cache derrière l'objectif. Si on l'enlevait, on avait un très artistique flou en haut et en bas de l'image. Une autre particularité de ces appareils était que le film était désembobiné à l'achat. Quand on prenait une photo et avançait le film pour prendre la suivante, le film rentrait dans sa cassette. Ce qui permettait au technicien de laboratoire de ne pas avoir de manipulation autre que de casser le petit appareil pour en extraire le film. C'est un ami (salut Larose!) qui à force d'en casser, s'est aperçu qu'avec un peu de doigté, on pouvait les ouvrir sans douleur et les réutiliser.
Mais le plus simple de tous demeure le sténopé, la camera obscura, la caverne de Platon, le trou dans la boîte de chaussure. Ainsi va du Rubikon, le très astucieux nom de ce sténopé de carton, dont on peut télécharger les plans en PDF sur le site de son créateur. Mes souvenirs de l'utilisation d'un sténopé sont aussi flous que l'image qui en sort, mais le plaisir est garanti, surtout qu'il ne coûte pas cher.
 


Commentaire (1)
Jacques Morin, 17 mars 2010
Bonjour Monsieur Lesage,
Vos billets sont toujours fort appréciés, stimulants et enrichissants.
En effet, qu'ils soient axés sur la musique, le travail des photographes ou sur une pratique photographique comme le sténopé, vos billets sont une belle source d'inspiration et me replongent constamment dans mes mémorables souvenirs d'étudiant en photo.
J'ai un vieux SX-70 qui prend la poussière sur une tablette, il ne manque que le film pour qu'il reprenne du service. Toujours éblouis davantage à chaque jour par le numérique et les tonnes de caméras disponibles, toujours plus musclées du côté pixel, ont oublie parfois que la photographie se pratiquait aussi avant, avec moins de moyens.
Merci pour vos trouvailles et votre regard particulier sur ce qui vous entoure.
. . .
 


PORTFOLIO   |   Kodachromes   |   Polaroids   |   Archives  |   Index
 

         |   À propos de Chacoura



Commentaires via courriel : lesage (arobas) chacoura (point) net

© Jacques Lesage. Tous Droits Réservés.