Accueil    
Mercredi, le 14 avril 2010
J'aime les magazines, et j'essaie de ne pas les aimer trop. Bien qu'ils occupent la moitié de la bibliothèque qui court sur plus de 12 pieds du plancher au plafond juste derrière moi, et qu'il y a encore un peu de place, je fais parfois le ménage.
C'est comme ça que je suis tombé sur l'image de Liv Tyler par Lara Rossignol (publié dans Bikini en janvier 95, un magazine à la courte vie publiée sur la côte ouest américaine, et qui promettait action, film, cars and rock'n roll), reprenant l'iconographie de celle que Dennis Stock avait prise de James Dean.
Peter Lindbergh, l'image de Kate Moss comme dans le Paul Strand, a lui aussi pigé chez Dennis Stock (dans cette série de mode faisant directement référence à Wim Wenders).
Pourquoi les magazines, parce que c'est là que l'on voit ces images (sur les murs des galeries d'art, quand ça arrive, c'est carrément du plagiat, mais ce sera pour une autre fois), utilisent cette façon de faire plutôt cheap? Par paresse, celle des directeurs artistiques ou des éditeurs, parce que c'est plus simple d'avoir l'idée d'utiliser une bonne idée que d'avoir tout bonnement une bonne idée, ce qui semble plus difficile?
Le travail du photographe par contre n'est pas plus facile, sans doute même le contraire, la marche étant évidemment haute. La preuve est l'image d'Eva Green par Riccardo Tinelli pour le magazine Tatler, reprenant celle de Charlotte Rampling par Helmut Newton. Tinelli n'est pas l'égal des deux autres (Lindbergh et Rossignol) et le résultat le prouve, son image est vulgaire, réduisant l'actrice à l'état d'objet, victime d'une lumière à la Playboy des années 70.
Newton provoquait, Rampling assumait, personne ne s'excusait, on s'en souvient encore!
 


Commentaire (0)


PORTFOLIO   |   Kodachromes   |   Polaroids   |   Archives  |   Index
 

         |   À propos de Chacoura



Commentaires via courriel : lesage (arobas) chacoura (point) net

© Jacques Lesage. Tous Droits Réservés.