Accueil    
Mardi, le 16 juin 2015
Des ponts de Paris, mon préféré est celui de Bir-Hakeim (du nom d'un point d'eau dans le désert en Libye, et défendu par les forces française libres contre les tanks allemands de Rommel en 1942). Célèbre au cinéma pour de la figuration dans, entre autres « le Dernier Tango à Paris » avec Marlon Brando et plus récemment « Inception » avec Leonardo DiCaprio, cette structure d'acier comme la tour Eiffel sert également de viaduc pour le métro. À partir du pont, on peut accéder à l'île aux Cygnes, digue artificielle au milieu de la Seine, agréable promenade ombragée étonnamment pauvre en touristes (du moins au moment où nous y étions, soit un mercredi midi de mai entre deux averses) et où les chiens de Paris vont satisfaire leurs besoins sanitaire et de promenade. À chaque extrémité, deux statues importantes y prennent place dont la réplique de la Staue de la Liberté. Mais celle que j'ai photographiée est une statue équestre représentant une Jeanne d'Arc guerrière, bien que sur l'image, on ne voit que le derrière de la monture. Et de ce point de vue, la tour Eiffel se fait même un peu moins intimidante.
Toujours en ce même mercredi, j'ai pu bénéficier d'une soirée en solitaire et j'en ai profité pour me rendre à La Maison Européenne de la Photographie pour voir la rétrospective du photographe Belge Harry Gruyaert. Un de mes héros de jeunesse, Gruyaert est un maître de la couleur et de voir ces images sur autre chose qu'en mauvaises reproductions dans les magazines a été presque un choc. Surtout maintenant, alors que plus personne n'imprime, ces magnifiques grands tirages montrent et démontre bien l'importance de la présence physique de toute oeuvre.
 


Commentaire (0)


PORTFOLIO   |   Kodachromes   |   Polaroids   |   Archives  |   Index
 

         |   À propos de Chacoura



Commentaires via courriel : lesage (arobas) chacoura (point) net

© Jacques Lesage. Tous Droits Réservés.