Accueil    
Jeudi, le 22 octobre 2015
Le soir, le soleil n'en finit plus de se coucher, comme un jeune enfant récalcitrant appréhendant les monstres sous le lit. Le matin par contre, dès qu'il pointe le bout de son nez, il est déjà vigoureux et ne perd pas son temps en bâillements et étirements. 30 minutes et c'est fini, le jour est installé, clair, vibrant, et un peu inintéressant aussi. Fort de son vedettariat du matin et surtout du soir, le soleil sait se faire oublier le reste de la journée, même sans nuages. Il passe de l'est à l'ouest sans qu'on s'en préoccupe trop, occupé ailleurs ou entre quatre murs. Pourtant, à son zénith le midi, il sait se faire plus incisif, tranchant même, laissant pour un moment sa vaste palette écarlate du début et de la fin du jour, il passe presque au monochrome, n'étant plus que lumière et ombre, lumineux et ténébreux comme un jeune Alain Delon, James Dean ou ici, Daniel Pilon parfois dans certains films de Gilles Carle. Évidemment, à cette heure du jour, on est occupé à manger ou à scruter son statut FacedeBoucq, ou plus généralement les deux en même temps. Dommage, car ce n'est pas tous les jours que l'on peut passer des deux côtés de la force sans trop de conséquences.
 


Commentaire (0)


PORTFOLIO   |   Kodachromes   |   Polaroids   |   Archives  |   Index
 

         |   À propos de Chacoura



Commentaires via courriel : lesage (arobas) chacoura (point) net

© Jacques Lesage. Tous Droits Réservés.