Accueil    
Vendredi, le 12 février 2016
Les ondes gravitationnelles ont la cote en ce moment, et Albert Einstein devrait recevoir un autre Nobel juste pour avoir eu raison dans ses prédictions. L’infiniment grand comme l’infiniment petit, on s’y perd tout aussi bien dans l’un comme dans l’autre et le problème n’est dans dans le petit ou le grand, mais dans l’infini, à moins d’en trouver le bout, ce qui serait le boute du boute.
Et puis, quand on y regarde de plus près (si j’ose dire) le petit et le grand est tout autour de, et, en nous.
Pour ce qui est de l’image, rien de bien bien exotique, que de la graisse de bacon. On le fait cuire au four, grillé sur une plaque plutôt que dans une poêle. Un plat avec un peu d’eau sous la grille pour recueillir l’excès et voilà, on a une représentation de l’infiniment petit sous les yeux.
 


Commentaire (0)


PORTFOLIO   |   Kodachromes   |   Polaroids   |   Archives  |   Index
 

         |   À propos de Chacoura



Commentaires via courriel : lesage (arobas) chacoura (point) net

© Jacques Lesage. Tous Droits Réservés.