Accueil    


Samedi, le 17 septembre 2016
C’est ce qui arrive quand on se lève à 5 heures du matin à Gatineau et qu’on se perd dans la brume, on finit par se croire dans un film de Terrence Malick mis en images par Emmanuel Lubezki. Les deux pieds dans la boue et même avec les outardes qui te passe en rase-motte au-dessus de la tête, on finit par s’apercevoir que le soleil ne reste pas au-dessus de l’horizon pendant deux heures comme au cinéma. Il est plutôt pressé de s’accrocher au ciel pour y voir clair.
 


Commentaire (0)


PORTFOLIO   |   Kodachromes   |   Polaroids   |   Archives  |   Index
 

         |   À propos de Chacoura



Commentaires via courriel : lesage (arobas) chacoura (point) net

© Jacques Lesage. Tous Droits Réservés.