Accueil    
Maître serpent des paradis printaniers
Laisse derrière lui des chemins sinueux
Qui monte vers le sec et par lesquels
On gagne les hauteurs de Chacoura
Où des juin, chaque été,
On fait les foins pendant que le pois
De la gaudriole
Fleurit au flanc du coteau.

Jacques Ferron, L'amélanchier


La rivière Chacoura, en fait, un ruisseau avec un gros ego, coulait derrière la maison familiale. Je n'ai pas eu de relation particulière avec ce cours d'eau, il était un peu loin, un peu petit, et la route toute proche offrait un meilleur potentiel d'évasion. J'ai quitté Chacoura à dix ans. Suffisamment grand pour faire les foins, mais pas assez pour la gaudriole.
Chacoura.net est un blog consacré à la photographie, la mienne et celle des autres qui est inspirante, pour le coeur et l'esprit.

Jacques Lesage, Montréal, Québec